dimanche 23 juillet 2017

Mes rencontres du troisième type #1



En tant que (encore) jeune quasi-trentenaire plus souvent célibataire qu’autre chose, je commence à avoir une certaine expérience en matière de sites de rencontres. Je n’en suis pas forcément fière mais je n’en ai pas honte non plus. Ça fait partie de notre époque et c’est un moyen non négligeable de faire des rencontres facilement (en quantité mais pas forcément en qualité…) Après c’est comme dans la vie, on y trouve de tout, ce qui donne parfois lieu à des situations plutôt… cocasses. J’ai donc décidé de partager avec vous mes anecdotes rigolotes, étonnantes et « incroyables mais vraies » qui figurent sur mon CV des rencontres du net !



Le geek & Le parisien pressé 




Aaaah comme je pouvais être jeune et naïve lors de mes débuts sur ces sites de rencontres (oui, avec l’expérience on améliore sa technique pour éviter les « erreurs de parcours » mais ça arrive encore sinon ça ne serait pas drôle…)


Bref donc pour ma toute première rencontre IRL, j’avais discuté deux semaines à peu près avant de le voir, et c’est là que j’ai appris mes 2 premières leçons importantes au sujet des rencontres sur internet :


1) les photos ça ne dit pas tout

 2) on se crée une image de la personne qui ne correspond pas à la réalité

Parce que bon d’accord il ressemblait vaguement à sa photo (le teeshirt et l’attitude de geek en plus) mais on n’avait pas grand-chose en commun, et  pas grand-chose à se dire.

Malheureusement il m’a fallut plus d’une expérience pour affiner ma technique…

Quelques temps après, me voilà donc à la gare de ma ville, attendant, remplie de stress (non mais qu’est ce que je fous là ?!). C’est interminable, j’ai hâte de le voir ! Il avait l’air pas mal sur les trois photos de son profil (dont deux prises au même instant et en vacances – oui que voulez-vous, on apprend de ses erreurs) il paraissait grand, souriant, sportif, décontracté (chemise légèrement ouverte). Cette fois nous avions échangés de longs mails pendant plusieurs semaines, et contrairement à la fois précédente, quelques coups de fils (histoire de me rassurer à l’écoute de sa voix) Il semblait calme, posé… bref j’ai rien vu venir.

La foule arrive et je cherche, scrute les visages… mais je ne le vois pas. Je commence à me dire qu’il n’est pas venu (il aurait mieux valu pour moi !) quand j’aperçois un petit rouquin tout triste, habillé en noir et portant un sac à dos. Il se dirige vers moi. C’est là que tu te dis mais pourquoi là tu ne t’es pas barrée en courant ?! Et bien parce que je suis bien élevée moi Madame ! (et aussi parce qu’il m’a fallut un moment pour réaliser que oui, c’était bien lui – parce que dans le déni, moi je continuais à chercher mon beau sportif parisien) Tout s’arrête quand il se retrouve planté devant moi (plus petit – en plus)

Leçon n°3 : ne jamais se fier uniquement aux photos qui sont sur le profil. En demander d’autres pour vérifier

Bon bah maintenant qu’il est là je ne vais pas lui dire de faire demi-tour, il s’est tapé 4 h de train quand même… (#tropbonnetropconne #sijavaissu)
Son train de retour était à 18 h, la journée allait être longue… C’était en plein mois d’août, donc on avait prévu d’aller se balader dans un parc naturel avec un lac situé à 45 min de chez moi. On avait plusieurs possibilités : manger avant de partir, ou là-bas… Devant son incapacité à faire un choix et n’ayant pas très envie de me retrouver à table en tête à tête avec lui, on décide d’acheter des sandwichs pour pique-niquer en arrivant sur place. 

Je vous fais donc un petit topo de ma journée :

Sur la route j’ai tenté de faire la conversation, il parlait tellement bas  en marmonnant dans ses dents que je devais tendre l’oreille pour comprendre (et même comme ça je n’ai pas réussi).

Intarissable sur son boulot, qu’il m’a expliqué en long en large et en travers, comme s’il essayait de me convaincre de me reconvertir (loupé) mais aucun autre sujet de conversation… youpiii

Arrivé là-bas on s’est posé sur un banc pour manger (en silence !) nos sandwichs

Je me disais au moins il fait beau, on est dans un endroit agréable, on va se balader et hop il sera l’heure de le ramener à la gare… mais que nenni ! Mon parisien marche… à la parisienne (autrement dit en regardant ses pieds et en marchant tel un sprinteur comme s’il allait rater le dernier métro). Whaaat ?! Je fais 45 minutes de route pour lui faire découvrir un endroit magnifique, en pleine nature, par une belle journée d’été, et il ne prend même pas le temps de regarder le paysage ??!!

Du coup forcément en une heure c’est bouclé on a fait le tour… il ne propose pas de boire un verre. Bon. Retour au bercail. Sur la route du retour je n’essaie même plus de faire la conversation, prise dans mes réflexions « mais qu’est ce que je vais bien pouvoir faire jusque 18 h ?? » Je jette un coup d’œil vite fait à mon passager et là… mais c’est que… on dirait que… non j’ai du mal voir (2ème coup d’œil pour vérifier) Quoooi ?!… MAIS OUI…. IL DORT !!! Ce n’est pas vrai je rêve ?? Je me casse la tête et lui il pionce tranquille dans ma voiture ! J’avoue l’idée de l’abandonner m’a effleuré l’esprit. Mais en fille trop bien élevée que je suis, j’ai préféré le secouer un peu en prenant les dos d’âne un peu brusquement. Ah ça y est… il bouge, il s’est réveillé. Pour mieux se retourner et se caler contre la portière !!!

On arrive en ville. Je me suis garée. Ne sachant pas quoi faire d’autre, je lui ai fait faire le tour de la ville. A pieds.

Résultat, je suis sortie de cette journée avec les deux talons en sang d’avoir parcouru la ville pour jouer les guides touristiques, une migraine pas possible à devoir l’entendre me faire un exposé sur les transports en communs des grandes villes d’Europe (oui, oui) et il ne m’a même pas payé un verre de toute la journée !!!

Vous imaginez mon soulagement quand j’ai vu arriver l’heure fatidique de ma libération !

La suite au prochain épisode ;)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rendez-vous sur Hellocoton !